9 mouvements 8.jpg

 

Neuf mouvements pour une cavale

de Guillaume Cayet

mis en scène par Aurélia Lüscher

avec Fleur Sulmont

Lumières Juliette Romens

Son Antoine Briot

Scénographie Guillemine Burin-des-Roziers

Regard paysan Jean-Paul Onzon

 

Le 20 mai 2017, veille de l’élection présidentielle, Jérôme Laronze, 36 ans, éleveur d’une centaine de vaches à Trivy non armé et non violent, est abattu par la gendarmerie au volant de sa Toyota au terme de neuf jours d'une cavale transformée en chasse à l’homme. Fervent défenseur d’une agriculture privilégiant la défense du vivant et militant contre le puçage et la traçabilité des animaux, Jérôme était depuis quelques années dans le collimateur de la D.D.P.P (Direction Départementale de la Protection des Populations).

Après de nombreux échanges avec Jean-Paul Onzon, agriculteur bio auvergnat, et Marie-Pierre Laronze, soeur de Jérôme, Guillaume écrit ce monologue où la sœur de Laronze – possible Antigone contemporaine – réclame un procès pour son frère, dans une affaire policière risquant d’être classée en non-lieu. Un monologue en neuf mouvements, où il est question de colère, de normes agricoles, de violences policières, d’injustice, pour faire du deuil une révolte.

Production : Le Désordre des choses. Coproduction : Théâtre des Îlets, Centre dramatique national de Montluçon ; La Comédie de Clermont-Ferrand, scène nationale. Soutiens : Théâtre Ouvert, Centre national des Dramaturgies contemporaines ; le Jeune Théâtre national. Le texte est lauréat de l’aide à la création de textes dramatiques – ARTCENA.

Le 7 juillet à 21h